Historique



Le projet SunRise Smart City a démarré en 2011 par un projet de recherche structurant sur la ville associant technologie des réseaux urbains et le numérique.

Une concertation avec des représentas des villes et des opérateurs des réseaux d’eau et d’énergie s a montré le grand potentiel des réseaux intelligents dans l’amélioration de la gestion de nos villes. Elle a montré la nécessité de traiter les interactions entre les réseaux urbains.

En l’absence d’un retour d’expérience dans ce domaine, on devait passer par un démonstrateur à grande échelle pour développer une démarche collective de construction de la ville de demain, la « smart City » en associant les avancées technologiques, notamment dans le domaine du numérique, et non technologiques. Un lieu où on peut développer, intégrer, tester des innovations dans des conditions de fonctionnement réelles des villes…

Le choix s’est porté sur le Campus de la Cité Scientifique qui est représentatif d’une ville de 25 000 habitant.





Les premiers pas

Lors de la phase de démarrage, la Région Nord Pas de Calais a soutenu le projet à travers une chaire internationale à l’intention du professeur Ilan Juran. Lille Métropole a apporté un soutien financier lors de la phase de lancement. L’association Internationale «W-Smart » sur la sécurité de l’eau a mobilisé ses experts dans les villes en Europe et aux Etats Unis et les opérateurs pour le cadrage du projet et la construction des premiers partenariats public-privés.

Un colloque organisé en 2011 a constitué le lancement de ce projet. Découvrez les acteurs et les documents de lancement de ce projet.








Phase de développement

Le projet démarre et se développe rapidement grâce un écosystème exceptionnel comprenant un laboratoire commun «W-Smart water R&D Center », un projet européen « SmartWater4Europe », de nombreux partenaires (collectivités, opérateurs, centres d’innovation, des start-up), des jeunes chercheurs et des étudiants passionnés…

Progressivement, un système d’information géographique est construit, des réseaux urbains et des bâtiments sont instrumentés, des données sont collectées et analysées,.. Il en résulte une meilleure connaissance du patrimoine du campus et de son fonctionnement, une meilleure connaissance de la technologie et de son déploiement, une plateforme exceptionnelle de formation et de recherche, un partenariat consolidé avec le monde socio-économique, un rayonnement et l’attractivité du campus, une feuille de route pour la construction d’un campus durable à la pointe de la technologie et de l’innovation sociale…


Etat d’Avancement

Mise à jour : Avril 2015

Le travail a porté sur plusieurs volets, notamment la collecte et la numérisation des composantes du patrimoine, la collecte et l’analyse des données de fonctionnement des réseaux, l’instrumentation d’une partie des réseaux,…

À ce jour :

  • Un système d’information géographique a été construit. Il couvre près de 80% du patrimoine du campus : SIG
  • Les données de consommation de différents fluides ont été collectées et partiellement analysées : réseaux urbains
  • Une instrumentation a été mise en place : réseaux urbains
  • Un programme d’expérimentation des bâtiments est lancé, notamment dans les résidences du CROUS et le logement social : LMH